29/05/2006

News

Pour être franc, cela faisait longtemps que cela me démangeait : donner des nouvelles de nous, informelles.
Tel est aussi le but de cette page.

Les plus fidèles d’entre vous auront remarqué que les articles sur le journal de Lou se font plus rares depuis deux mois.
Les raisons en sont simples : d’une part, je ne peux être au four et au moulin, et d’autre part, il n’y a pas (ou peu) eu de situations avec Lou, dignes d’une évolution, d’un clin d’œil, ou au contraire, d’un continuum intéressant, bref, que vous n’ayez pas déjà lu dans un autre article, quand bien même j’aime jouer avec le caractère récurrent des comportements de Lou, qui font notre quotidien avec lui.

Mon énergie « professionnelle » (puisqu’il faut bien l’appeler ainsi), se concentre actuellement sur le financement et la préparation de la version longue du film « Lettre à Lou » ainsi que sur les bonus pour le DVD.

Au bout de cinq mois durant lesquels j’ai multiplié les contacts en tous sens, les choses commencent à frémir… mais chuuut ! Rien n’est encore acquis,

La fondation est en bonne voie et coproduirait cette nouvelle version du film et le DVD. Le but étant que les bénéfices engendrés par le film retournent à la fondation (pour sa part de coproduction).
Si les choses se mettent suffisamment vite en place, j’espère de tout coeur retourner en montage à partir du 19 juin.
« Faisant tout comme si » pour ne pas perdre de temps, cela fait un mois que je visionne et re-visionne les 35 heures de matière originelle du film, avec quelques belles idées en perspective.

Le DVD aura(it) fier allure car il sera(it) composé de la version longue (avec sous-titrage quadrilingue), la version originale de 60 ‘ (à des fins didactiques), deux moyens métrages « Au fil de Lou », un entretien avec les sœurs de Lou (Mathilde et Eva), deux ou trois bonus tirés du film et peut-être même encore d’autres choses !
Il y aura donc deux autres films, ayant pour titre générique « Au fil de Lou ». Le premier (que j’ai déjà monté en maquette sur mon ordinateur - «Lou, un matin »-) suit le bonhomme de son réveil à son départ à l’école.
A la différence de « Lettre à Lou », vous êtes cette fois plongé dans la continuité du quotidien, à son rythme : une heure trente ramené à une vingtaine de minutes. Je suis ravi du résultat (Et Claire, ma compagne aussi), car ces films seront très complémentaires de « Lettre à Lou », même si le style n’a rien à voir : plus de voix-off, ni de musique. Du brut de brut.
Je suis actuellement occupé au montage de la maquette du second : « Au fil de Lou, une fin d’après-midi » selon le même principe.
Ces images avaient peu été utilisées dans « Lettre à Lou », pour la simple raison qu’elles ont toutes été tournées en deux jours avec la complicité d’un ami cadreur en 2004 et que « Lettre à Lou » raconte les six premières années de Lou : on ne pouvaient donc trop en mettre…

Comme vous pouvez le lire, je ne chôme donc pas…
Avec tout cela, je n’ai pas encore eu le temps de contacter des éditeurs, reformater les textes en vue de leur publication, et tant et plus…

Ces infos mises à part, Lou progresse beaucoup, intellectuellement parlant, au point de me poser la question de l’échéance que je me suis fixée depuis toujours dans ma tête : m’interdire d’écrire en son nom, le jour ou sa conscience aura un éveil suffisant.
Je commence donc à réfléchir à un point final au « journal de Lou » ,.. et l’ouverture d’une nouvelle page où je serai le narrateur, car « conscience » ne dit pas « mémoire », et là, la déficience de notre bonhomme reste profonde.
Et puisque mon témoignage semble apporter beaucoup à beaucoup de monde, je n’ai nullement envie de délaisser cela !

A bientôt sur l’une de ces pages.

Luc

17:24 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

19/05/2006

Projection à Malmedy

13:52 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/05/2006

Handicap et Roumanie

L'ONG américaine, "Mental Disability Rights International" (MDRI), a publié mercredi 10 mai 2006 un rapport (format pdf) qui dénonce les "conditions de vie atroces de jeunes Roumains handicapés mentaux placés dans plusieurs institutions, qu'elle a visitées en 2005 et 2006, et demande à l'Union européenne, qui doit décider le 16 mai 2006 si la Roumanie rejoint l'UE en 2007 ou en 2008, de "reconnaître" et de "prendre position" sur les "violations des droits de l'homme" dont sont victimes ces jeunes.
En 2006, "les statistiques des autorités roumaines" estimaient à "plus de 31.000" le nombre d'enfants placés en institutions, mais MDRI "craint" que le nombre réel soit "beaucoup plus élevé".
Selon ce rapport, des photos et des vidéos montrent des enfants "enserrés de la tête au pied dans des draps utilisés comme camisoles de force", "mal nourris", "couverts de blessures ou d'escarres" ou "assis dans leurs excréments". Le rapport précise que "les enfants ainsi traités, souvent orphelins et souvent d'origine rom, "deviennent psychologiquement ou physiquement handicapés, s'ils ne l'étaient pas à la naissance".

A la lecture de cela et après vérification des liens, je vous confirme que tout ceci n’est pas un «hoax» ou une fiction male intentionnée, mais bien exacte.
L’humanité a encore bien du chemin à faire.
Réagissez, à votre mesure.
Merci.
Luc


(Ce message m’a été transmis par
Le COLLECTIF DES DEMOCRATES HANDICAPES .
Ce collectif refuse l'entrée de la Roumanie dans l'UE dans ces conditions et demande aux associations, parents et personnes en situation d'handicap d'écrire au Président de l'UE.

17:33 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |